Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juin 2018 1 25 /06 /juin /2018 18:30

Le lundi 25 juin 2018, l’APOH a organisé une nouvelle table ronde sur les liens entre l’ergothérapie et l’orthophonie. Nous avons ainsi réuni 3 ergothérapeutes ayant des expériences cliniques différentes :

Table ronde Ergothérapie et Orthophonie
Table ronde Ergothérapie et Orthophonie
Table ronde Ergothérapie et Orthophonie

- Marine HERNANDEZ et Mathilde BREYTON exercent en cabinet libéral à Clermont-L’Hérault essentiellement auprès d’enfants.

Leur démarche d’intervention s’appuie sur la Classification Internationale du Fonctionnement, du Handicap et de la Santé (CIFHS), et sur le modèle canadien du rendement occupationnel.

Sur prescription médicale, l’ergothérapeute réalise un bilan initial pouvant donner lieu à des séances. Il existe 2 types de bilans :

 

à un bilan spécifique à la préconisation d’aménagements scolaires principalement dans le cadre d’une plainte ciblée sur le graphisme (1 rendez-vous d’1h30, environ 115€) ; l’ergothérapeute utilise alors des outils comme le BHK, l’échelle d’Ajuriaguerra, …

 

à un bilan complet des capacités/incapacités, de l’environnement ayant un impact sur les activités de l’enfant (2 rendez-vous d’1h30, environ 165€). Il intervient notamment sur les capacités sensori-motrices, visuo-spatiales, exécutives, au niveau des activités de la vie quotidienne telles que le repas, l’habillage, les loisirs, les soins personnels…

Les actions d’aménagement et de compensation visent l’adaptation du poste de travail (cale-pieds, coussin triangulaire), le repérage dans la page par des codes couleurs, des outils adaptés comme le thamographe, la règle croco, l’utilisation d’antidérapant et des outils informatiques. Ces derniers proposent un ruban fonctionnel (ex. : Cabergo), un cartable numérique, l’utilisation d’une souris scanner (ou barrette) et de logiciels adaptés (ex. : dysvocal, médialexie, géogébra, cordial, antidote…).

Exemples d'aménagements et de compensations
Exemples d'aménagements et de compensations
Exemples d'aménagements et de compensations
Exemples d'aménagements et de compensations
Exemples d'aménagements et de compensations
Exemples d'aménagements et de compensations
Exemples d'aménagements et de compensations

Exemples d'aménagements et de compensations

L’intervention est toujours centrée autour des besoins fonctionnels émanant de la plainte de l’enfant ; le soutien de la famille et de l’entourage (professeurs…) est donc nécessaire.

Clinique du motoneurone

Clinique du motoneurone

-Anne-Louise JACQUET exerce à la clinique du motoneurone au CHU de Montpellier.

Ce centre expert a pour buts :

- De permettre la réalisation d'un diagnostic le plus précocement possible

- D'optimiser la prise en charge des patients (dans et hors de l'hôpital) dans une approche multidisciplinaire

- De former les soignants (dans et hors de l'hôpital)

- D'organiser la recherche dans leur région.

 

Il existe aujourd’hui 18 centres SLA en France.

Le centre de Montpellier est le plus important de province par sa taille. Une activité dédiée à la SLA y existe depuis les années 70 (avec le Pr Jean Cadilhac puis le Pr William Camu).

Le suivi des patients est généralement trimestriel sur une demi-journée autour d’une équipe pluridisciplinaire (neurologue, infirmier, neuropsychologue, assistant social, ergothérapeute, aide-soignant et secrétaire).

 

La consultation en ergothérapie s’appuie sur la relation thérapeutique et l’observation clinique du patient dans ses activités de vie quotidienne, ses déplacements, sa communication et son confort. Il propose des solutions concrètes (adaptation de mobilier, de la posture, de couverts…) et des conseils (aide à la préhension, au transfert, accès à l’informatique, utilisation d’un fauteuil roulant électrique avec joysticks/appairé avec smartphones…). Il s’agit aussi de préconiser des technologies pour une communication alternative et augmentée (synthèse vocale, applications, interfaces pour relier une tablette/smartphone à des contacteurs, souris adaptée (rollermouse, souris à la tête, commande oculaire).

Certains matériels coûteux sont parfois prêtés par des associations.

 

L'APOH remercie vivement ces 3 ergothérapeutes qui ont accepté de nous faire partager leur profession sous des dimensions complémentaires.

Partager cet article
Repost0
13 mai 2018 7 13 /05 /mai /2018 14:57

Pour faire suite à notre table ronde du 3 avril dernier sur les principes de l'approche Montessori adaptée à la personne âgée, voici une conférence débat organisée par l'association "Mieux vivre Alzheimer" en présence du Professeur Cameron Camp et de Jérôme Erkes.

Inscriptions ici !

Conférence débat Bonheur et Alzheimer

Conférence débat Bonheur et Alzheimer

Partager cet article
Repost0
3 avril 2018 2 03 /04 /avril /2018 22:23

Ce mardi 3 avril 2018, l'APOH a accueilli Marie LEMBACH, psychologue et neuropsychologue travaillant à l'UCC Antonin BALMES au CHU de Montpellier.

Elle est également formatrice de l'approche Montessori adaptée à la personne âgée au sein de l'association A G - D (Accompagnement en Gérontologie et Développements).

La méthode Montessori est une approche humaniste et intégrative appliquée aux personnes âgées, en particulier souffrant de troubles cognitifs. L'objectif principal est de valoriser les personnes souffrant d'une maladie neurodégénérative en s'appuyant sur leur capacités préservées à travers notamment des activités porteuses de sens.

Voilà le lien d'une petite présentation sur le site d'AG&D : https://www.ag-d.fr/concepts/concept-la-methode-montessori-adaptee/

UCC Antonin BALMES :

L’UCC (Unité Cognitivo-Comportementale) du CHU de Montpellier prend en charge les patients âgés atteints de troubles du comportement.

Le projet de cette unité est de développer des thérapies non médicamenteuses et innovantes avec pour objectif de diminuer les troubles du comportement des patients reçus en UCC.

L’équipe se base surtout sur la stimulation sensorielle et sur la méthode Montessori adaptée aux personnes âgées. Plusieurs ateliers sont développés comme la musicothérapie, le jardinage, un atelier lecture Montessori ou encore un atelier peinture en collaboration avec le musée Fabre.

 

Constat de base de l'association AG-D :

Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de démences apparentées ont besoin d’un accompagnement riche en stimulations cognitives régulières, d’échanges et de participation sociale ainsi que d’un entraînement fréquent pour réduire leurs difficultés à accomplir les actes de la vie quotidienne.

Le manque d’activités engendre souvent chez la personne, de l’apathie comme de l’anxiété ou de l’agitation.

L’objectif principal de l’approche Montessori est de permettre aux personnes accompagnées de recouvrer une certaine autonomie dans les gestes du quotidien pour associer dignité et plaisir.

 

Maria Montessori

Maria Montessori

L'approche Montessori :

Maria Montessori (1870-1952), médecin et pédagogue, a d'abord travaillé avec des enfants présentant un retard global de développement en construisant un concept de "normalisation" visant l'indépendance de l'enfant. Elle a ensuite étendu son approche à des enfants issus de milieux défavorisés créant ainsi "la casa dei bambini".

Nous avons pu regarder un extrait du documentaire "Le maître est l'enfant" d'Alexandre Mourot sorti en 2017 et retraçant l'observation d'enfants de 3 à 6ans durant une année dans une classe mettant en pratique l'approche Montessori. 

Nous avons également évoqué les travaux de Céline Alvarez visant à créer des environnements éducatifs “physiologiques”, pleinement adaptés au fonctionnement et aux besoins de l'être humain en plein développement. Sa démarche et ses résultats sont exposés à travers son ouvrage "Les lois naturelles de l'enfant".

 

Cameron Camp

Cameron Camp

L'approche Montessori adaptée à la personne âgée :

Elle s'appuie sur 3 valeurs clés : le respect de la personne, sa dignité et l'égalité auxquelles peut être ajoutée la confiance. C'est une approche globale qui cherche à redonner à la personne âgée le sentiment de contrôle sur sa vie, en favorisant son engagement dans des activités dans l'appartenance à une communauté.

Le professeur Cameron Camp a développé « Montessori Based Programming Dementia ». La recherche sur ce programme a démontré que cette intervention a produit des augmentations significatives dans l’engagement positif des personnes atteintes de démence par rapport à la norme des soins, et des diminutions des troubles du comportement.

Le but est bien l'engagement et non la réussite absolue de l'activité. Quelle que soit sa pathologie et son niveau d'atteinte des fonctions cognitives, l'accompagnant s'appuie sur les compétences préservées si minimes soient-elles. Nous avons observé des activités de pliage de linge (même s'il reste des plis...), composition florale, jardinage (ne serait-ce qu'arroser), sentir, goûter (sans exiger de dénommer), tourner des pages et regarder des photos (sans devoir nommer les personnes dont on ne se rappelle plus).

La création de livre adaptés est aussi très appréciée par les patients car ils peuvent choisir des thématiques personnelles: ils se composent souvent d'une partie lecture (1 page = 1information pour éviter de devoir se rappeler quand la page a été tournée), une partie discussion (pour revenir parfois au vécu du patient), une chanson en lien avec le thème, et une dernière page remerciant la personne de sa participation.

La méthode Montessori propose également de faciliter les repas et l'alimentation .

Il devient alors indispensable de transmettre cette conduite à l'ensemble des soignants  mais aussi aux proches des patients afin de recréer une relation porteuse de sens.

Voilà le lien d'une petite présentation sur le site d'AG&D : https://www.ag-d.fr/concepts/concept-la-methode-montessori-adaptee/

 

Cette approche a bien entendu rappelé des principes fondateurs de l'orthophonie ; chacun s'est accordé à regretter la perte d'humanité dans les relations installées entre les patients et le monde du soin notamment face aux troubles cognitifs sévères dans certaines institutions. Mais nous avons pu aussi nous féliciter de la capacité des soignants à renouer des liens porteurs de sens pour les personnes auprès desquelles ils interviennent.

Le professeur Camp sera en France en juin prochain pour une formation de base à la méthode Montessori.

Autres liens : "Center for applied research in dementia"

Partager cet article
Repost0
13 février 2018 2 13 /02 /février /2018 19:30
Table ronde Présentation du Réseau Maladies Rares Méditerranée

Mardi 13 février 2018, l’APOH a accueilli Florence Roy-Baconnet (coordinatrice) et le Dr Julie Vernet (médecin du réseau) pour nous présenter le réseau Maladies Rares Méditerranée.

Les maladies rares :

Les maladies sont considérées comme rares lorsqu’elles touchent moins d’1 personne sur 2000 ; on dénombre environ 168 000 personnes concernées en Languedoc-Roussillon. Environ 80% des maladies rares sont des maladies génétiques ; on en découvre de plus en plus grâce aux avancées technologiques et l’arrivée des séquençages génétiques de nouvelle génération laissent entrevoir des diagnostics plus fins.

Intérêt du diagnostic :

Les familles sont souvent en difficultés pour trouver des intervenants pouvant répondre au mieux aux prises en charge médicales et paramédicales, éducatives, médico-sociales… Malheureusement il est fréquemment constaté un grand isolement ressenti par le patient. Un diagnostic permet de mieux connaître le pronostic de la maladie, les besoins spécifiques à venir en termes d’interventions thérapeutiques et des adaptations à mettre en place. On dénombre par exemple 700 maladies génétiques différentes avec déficience intellectuelle. Outre les informations et conseils transmis aux familles et aux professionnels, c’est aussi la possibilité de rechercher l’expression d’un gène chez d’autres membres de la famille.

Des centres experts :

Depuis la mise en œuvre des plans nationaux Maladies Rares I (2005/2008) et II (2011/2016), des centres de référence et des centres de compétences ont été créés afin de faciliter le diagnostic des maladies rares, définir les axes spécifiques des prises en charge et coordonner les travaux de recherche.

Table ronde Présentation du Réseau Maladies Rares Méditerranée

Le réseau et son site : https://www.reseau-maladies-rares.fr/

 

1- Créé en 2009, ce réseau de santé régional offre écoute, orientation et accompagnement pour faciliter :

  • L’accès à des soins adaptés : Le médecin réseau, en lien avec les médecins traitants, évalue la situation médicale et aide à l’orientation vers les services de soins experts maladies rares et vers les rééducateurs de proximité.
  • La mise en place et l’ajustement d’espaces d’accueil : scolaire, médico-social, insertion professionnelle, répit.
  • Un accès aux droits et aux prestations : MDPH, CAF, Sécurité Sociale, ...

 

2- Le réseau permet également de coordonner acteurs et situations en offrant un appui à la coordination des acteurs autour de situations complexes en mobilisant les professionnels et en leur proposant un espace de collaboration. Actuellement le réseau intervient essentiellement dans l’Hérault, le Gard, et l’est audois.

 

3- Le réseau a aussi pour mission d’améliorer la connaissance et la formation des professionnels et des personnes touchées par une maladie rare via :

  • Des journées de formation thématiques
  • Des interventions au sein d’établissements médico-sociaux et scolaires
  • Des formations en ligne

Chaque professionnel peut ainsi interpeller le médecin du réseau afin d’obtenir des renseignements complémentaires sur une maladie, les axes prioritaires d’intervention, la littérature existante.

 
Le site du réseau Maladies Rares Méditerranée s’enrichit régulièrement pour être au service de chacun :

  • Certains guides pratiques ont déjà été réalisés et sont téléchargeables
  • Les centres experts sont référencés afin de les joindre plus rapidement
  • Des vidéos de formation en ligne sont disponibles
Table ronde Présentation du Réseau Maladies Rares Méditerranée

L’APOH remercie chaleureusement le Réseau Maladies Rares Méditerranée. Alors qu’un lien fort entre les orthophonistes et les acteurs du réseau est déjà construit depuis son origine, cet échange nous a apporté plusieurs précisions sur certaines de leurs missions et a permis de remettre en lumière une grande ouverture tant dans l’accueil des familles que dans celui des professionnels.
Nous vous invitons à les contacter sans hésitation à la moindre question sur votre intervention auprès de patients présentant des symptômes d’une maladie rare diagnostiquée ou suspectée.


Pour aller plus loin :

Site « tous à l’école » : http://www.tousalecole.fr/
Livre « Tests génétiques : Illusions ou prédiction » de Malzac et Mathieu.

Brochure du réseau / affiche du réseau

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2017 2 28 /11 /novembre /2017 18:27
Conférence/ débat "les écrans chez l'enfant", animée par le Dr Lise Barthélémy

Mardi 28 novembre, l’APOH a organisé la 3e et dernière table ronde de l'année. Le thème était la surexposition des enfants aux écrans, conférence organisée pour ensuite lancer une nouvelle action de prévention "le défi (presque) sans écran" dans les cabinets orthophoniques. Orthophonistes, psychomotriciens, psychologues ou encore médecins de PMI, enseignants, étudiants, bref une grande partie des corps de métiers autour de la petite enfance était représentée.  Plus de 100 personnes se sont déplacés pour assister à la conférence.

La pédopsychiatre Lise Barthélémy animait la première partie de soirée, avant de laisser la main à Clémantine, orthophoniste membre de l’APOH à l’initiative du « défi (presque) sans écran ». Défi à la carte que l'association souhaite mettre en place dans de nombreux cabinets pour sensibiliser! (sujet traité dans un autre article sur le blog)

Lors de la conférence, le Dr Barthélémy pose le cadre : entre 0 et 2 ans le cerveau de l’enfant triple de volume et les expériences faites pendant les premières années de sa vie jettent les bases pour la suite.

 

A l’heure où les médias portables sont quasi-universels et présents dans toutes les couches de la société, il est indispensable de rappeler que ces derniers fournissent une réalité appauvrie, c’est le « déficit vidéo » : face à un écran, l’enfant ne mobilise pas ses 5 sens, il ne peut pas agir avec la réalité, la corriger…

 

Chez les tout-petits, on voit même apparaître un phénomène « d’autisme virtuel » avec des enfants dont le développement psychomoteur et langagier sont carrément stoppés. Ces troubles sont réversibles : dès lors que l’on arrête totalement les écrans, le développement reprend ! (cf le Dr Anne-Lise Ducanta et ses vidéos sur Youtube)

 

Malheureusement, les parents manquent cruellement d’informations sur les effets néfastes des écrans et ne connaissent pas leurs nombreuses conséquences : trouble de l’humeur, détérioration de la cognition, trouble du comportement, du sommeil, de l’attention, tensions familiales… Pire même, souvent ils croient bien faire !

Il est donc important de bien informer les parents mais également de leur préciser qu’ils peuvent inverser la tendance !

Pour cela, Lise Barthélémy donne quelques conseils… Tout d’abord, « les 4 pas » : pas d’écran le matin, pas pendant les repas, pas avant de s’endormir et pas dans la chambre de l’enfant.

Il existe également la règle des 3-6-9-12 de Tisseron : pas de TV avant 3 ans, pas de jeux vidéo avant 6 ans, pas d’internet avant 9 ans, pas de réseaux sociaux avant 12 ans.

Elle propose également les conseils du Dr Victoria Dunckley, pédopsy aux USA, qui recommande l'arrêt total d'écrans pendant 1 semaine.

Le but n’est pas de diaboliser les écrans, loin de là, mais de savoir comment s’en servir…

 

Nous avons eu la chance de recevoir un journaliste de France 3 TV languedoc, qui a réalisé un reportage de 7 min au sujet des écrans. Dans ce reportage, nous voyons une famille qui a arrêté les écrans, et les bienfaits qu'elle en tire, une orthophoniste qui parle de ce défi à réaliser pour réussir à diminuer les écrans, quelques professionnels alertés par l'omniprésence des écrans dans le quotidien, et pour finir une interview en plateau du dr L.Bathélémy pédopsychiatre, membre du collectif COSE, collectif surexposition écran, dont le site fourmille d'informations:

http://www.surexpositionecrans.org/

 

Un autre site de référence le site Yapaka.be (campagne 3-6-9-12, écrans en veille enfants en éveil, jeu t'aime...)

 

UN grand merci aux étudiantes de 4e année pour ce riche résumé!!!!!

 

 

 

Conférence/ débat "les écrans chez l'enfant", animée par le Dr Lise Barthélémy
Partager cet article
Repost0
18 novembre 2017 6 18 /11 /novembre /2017 12:47
Prochaine TABLE RONDE, les écrans chez l'enfant le 28 novembre
L'association de prévention en orthophonie du département organise une conférence débat, animée par le Dr L. Barthélémy pédopsychiatre à Montpellier autour du thème d'actualité
" les écrans".
Nous invitons tous les professionnels de l'enfance à venir assister à cette intervention qui parlera essentiellement de clinique, d'expériences quotidiennes et de recommandations pratiques.
 
Pour cela, nous vous donnons rendez-vous le
MARDI 28 NOVEMBRE à 18h30,
à la maison des professions libérales, 285 rue Alfred Nobel, quartier Millénaire à MONTPELLIER.
Nous demandons une petite participation de 5euros.
 
Nous ferons suivre cette conférence par la présentation du "défi sans écran" que nous voulons mettre en place dans les cabinets d'orthophonie.
 
N'hésitez pas à nous contacter par mail apoh.ortho@gmail.com pour tout complément d'information !!!!!!!!
 
Nous vous attendons nombreux !!
Prochaine TABLE RONDE, les écrans chez l'enfant le 28 novembre
Partager cet article
Repost0
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 20:47

Après la table ronde de janvier sur les liens entre la psychologie et l’orthophonie, l’APOH a consacré cette édition du 8 juin aux interactions de notre profession avec l’ostéopathie.

Autour de 35 professionnels (orthophonistes et ostéopathes) et étudiants, Manon Robert, ostéopathe avec une formation complémentaire en pédiatrique et occlusodontie, a ainsi présenté sa profession créée en 1874 par le médecin Andrew Taylor Still. Leur objectif vise à réharmoniser les déséquilibres fonctionnels en travaillant sur les systèmes crânien, viscéral et musculo-squelettique. Elle a particulièrement insisté sur des sollicitations communes à nos deux profession notamment la loge viscérale du cou et les articulations temporo-mandibulaires. Nous avons pu assister à une démonstration de son travail palpatoire de ces régions et des mouvements de roulement/glissement visant à apaiser leurs tensions ainsi que des massages intra-buccaux.

Table ronde "Orthophonie et Ostéopathie"

Nous avons échangé sur les interventions de nos professions dans différents troubles dont :

- les troubles de la sphère ORL (dyspnée, névralgie du trijumeau, vertiges, bruxisme, otites/sinusites/angines…),

- les troubles buccodentaires et de l’ATM (mauvaise occlusion liée au manque d’une dent, travail en amont du traitement orthodontique, mastication unilatérale, dysfonctionnement de l’os temporal suite à un traumatisme…),

- les troubles attentionnels et du comportement (tensions des membranes du crâne liées à des prises de drogues, de médicaments, un stress chronique, une chute, une poussée dentaire…),

- les troubles de la posture (spasme diaphragmatique chez une chanteuse suite à un traumatisme émotionnel, compression de la base du crâne d’un nouveau-né générant des difficultés de succion, tensions diffuses jusqu’au diaphragme et aux membres inférieurs suite à la chute d’un enfant sur le menton, etc.).

Des exemples de patients ont permis d’illustrer ces descriptions cliniques et leur évolution thérapeutique.

Table ronde "Orthophonie et Ostéopathie"

Une consultation d’1 heure en ostéopathie coûte environ 50€, non pris en charge par la sécurité sociale mais des forfaits annuels existent chez de plus en plus de mutuelles.

Des formations ouvertes aux orthophonistes existent, par exemple « ostéovox ».

Nous avons également rappelé l’importance d’une action préventive d’une amplification chronique de certaines tensions notamment chez l’enfant et la sensibilisation de l’entourage familial des patients.

De futurs partenariats thérapeutiques ont ainsi pu être envisagés avec les ostéopathes suite à cette table ronde.

Partager cet article
Repost0
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 15:31
jeudi 8 juin 2017, de 19h30 à 21h30, suivi de l'AG et d'un apéritif offert.

jeudi 8 juin 2017, de 19h30 à 21h30, suivi de l'AG et d'un apéritif offert.

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 02:10

Le 19 janvier dernier, l’APOH a réuni plus de 25 professionnels de santé (orthophonistes, psychologues, kiné) autour de Ludivine MOCHOT, psychologue, sur le thème de la prise en charge orthophonique de l'enfant et sa dimension psychologique générale.

Après avoir distingué le développement émotionnel et cognitif, nous avons partagé certaines causes menant le premier à parasiter le second (par exemple, les non-dits dans l’histoire familiale). Nous avons pu alors débattre de la difficulté et la nécessité d’exprimer ses émotions puisque chaque blocage d’une émotion même négative peut limiter l’expression des émotions plus positives.

La question de l’autonomie psychique a aussi été abordée, avec ses moments de régression qui permettent de rassurer l’individu face au risque d’avancer.

La détresse de certains patients et de leurs familles nous engagent parfois à aborder la question d’une consultation psychologique. A partir de ce constat commun, nous nous sommes intéressés au positionnement professionnel permettant d’aborder cette question sans culpabilisation.

Chaque professionnel aborde ses patients avec ses propres résistances et ses propres impasses. Des exemples de travail pluridisciplinaire ont étayé les bienfaits d’une thérapie mais aussi ses limites et les risques de déstabilisation familiale dont chacun doit tenir compte car le deuil des représentations et des projections prend du temps.

Nous avons terminé cette rencontre à travers le rapport au temps dans la société où la rapidité de l’information court-circuite la pensée ce qui nous a permis de rappeler les dangers d’un usage abusif et non différencié d’outils informatiques (ordinateurs, tablettes, smartphones…).

L’APOH remercie chaleureusement Ludivine Mochot et tous les professionnels qui ont échangé librement sur cette dimension psychologique.

Partager cet article
Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 21:49
Table ronde sur l’orthoptie :

Le 2 juin 2016, Amandine DENIS et Céline FIORENTINI, orthoptistes en cabinet libéral à Clermont-l’Hérault, ont présenté leur profession à l’APOH ayant réuni 25 orthophonistes.

L’orthoptiste exerce après 3 années d’études en tant que libéral, salarié ou mixte (cabinet, sessad, centre pour déficients visuels, centre de rééducation fonctionnelle…). Il intervient auprès de patients déficients visuels, ou présentant des signes en post-AVC/Trauma, mais aussi dans le cadre des troubles des apprentissages, des dyspraxiques et des TDAH, et dans le dépistage auprès des bébés.

Le bilan orthoptique, sur prescription médicale, s’appuie sur la plainte du patient : d’ordre général (céphalées, larmoiement, picotements, brûlure, diplopie, vertiges…) ou liée à l’efficience visuelle (perte d’endurance, lenteur en lecture/écriture…). L’orthoptiste relève la présence de signes cliniques (ferme 1 œil à la fixation, tourne la tête pour regarder, se rapproche trop de la feuille, chute face à des obstacles…).

Le bilan orthoptique se divise en 3 axes :

- optomoteur : œil directeur, parallélisme (strabismes…), motilité, convergence (symétrie en louchant), motricité oculaire (fixation, poursuite, saccades, coordination œil/tête, mouvements vestibulo-oculaires, vergence)

- sensoriel : acuité visuelle (le jeune enfant atteint sa vision 10/10 vers 4/5ans), vision stéréoscopique (=relief ; absent dans les strabismes ; s’acquiert entre 6 et 18mois), capacités accommodatives (voir net) et fusionnelles (voir simple)

- fonctionnel : communication, saisie de l’information (gnosies, discrimination figure/fond, orientation, exploration visuelle, espace, stratégies oculo-lexique), organisation du geste (1 ou plusieurs cibles, appréhender un objet avec vision centrale (bras) et périphérique (doigts)).

Il peut alors s’en suivre une rééducation généralement de 10 à 15 séances pour un travail musculaire et des stratégies visuelles.

Les troubles neurovisuels et posturaux, abordés en formation initiale, sont développés dans la formation continue des orthoptistes. Le bilan neurovisuel est reconnu par la sécurité sociale mais pas la rééducation neurovisuelle pourtant inscrite dans leurs compétences.

Nous avons poursuivi cette présentation par des échanges soulignant le travail pluridisciplinaire auprès des troubles neurodéveloppementaux, des pathologies neurodégénératives, sur l’intervention auprès de la personne âgée, la DMLA, le daltonisme, l’utilisation des prismes et de caches, la notion d’amblyopie, et c.

Nous remercions sincèrement Mmes DENIS et FIORENTINI de leur sympathie à avoir partagé leurs connaissances et leur expérience et de les avoir concrétisées par la démonstration de leur matériel. 

référentiel activités et compétences de l’orthoptiste.

Table ronde sur l’orthoptie :
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de l'APOH
  • : La prévention en orthophonie dans l'Hérault. Nous intervenons auprès du grand public, des professionnels de santé, des familles pour conduire des missions de prévention sur des thèmes qui nous sont chers:-le développement du langage-l'importance du jeu et des manipulations- l'importance du livre et de la lecture pour les plus jeunes-les dangers de la surexposition aux écrans, Mais aussi des thèmes plus larges comme:-les missions de l'orthophoniste-l'illettrisme-le vieillissement -les troubles DYS-les maladies neuro-dégénératives : informations et prévention...N'hésitez pas à nous solliciter pour toute intervention que vous souhaiteriez que nous animions dans votre service/structure/association/syndicat/médiathèques etc. Apoh.ortho@gmail.com
  • Contact

Document "Signes d'appel"

Recherche